Que ce soit dans le domaine médical, sportif ou des sciences humaines, l’hypnose a su, au fil du temps, s’inscrire dans notre vie quotidienne.

L’hypnose est un état de conscience particulier que l’on a encore quelques difficultés à clairement définir, car le voile n’a pas été totalement levé sur un cerveau humain qui présente encore quelques mystères.

Bien que dérivé de la racine grecque hypnos, signifiant sommeil, selon certaines études, l’hypnose est décrite comme un état où l’individu est tout à fait éveillé et développe une attention optimale.

L’association médicale britannique décrivait l’hypnose en ces termes en 1955: «un état passager d’attention modifiée chez le sujet, … dans lequel divers phénomènes peuvent apparaître spontanément ou en réponse à des stimuli verbaux ou autres. Ces phénomènes comprennent un changement dans la conscience et la mémoire, une sensibilité accrue à la suggestion…».

Cet état qui peut être provoqué par un thérapeute ou par la personne elle-même dans le cadre de l’autohypnose, amènerait une diminution, voire un relâchement du psychisme. C’est cette détente du psychisme qui serait à l’origine de la modification de l’état de conscience.

Le recours à l’hypnose

Aujourd’hui, l’hypnose intervient dans de nombreux domaines de la vie quotidienne. Elle renoue avec ses racines quand elle est utilisée pour lutter contre la douleur dans le domaine médical, car l’état hypnotique provoquerait une modification de la perception sensorielle. Mais on la retrouve aussi dans la prise en charge anesthésique, au cours de laquelle l’équipe anesthésique, en étroite collaboration avec le patient, permet à ce dernier d’atteindre un niveau de conscience tout à fait compatible avec une intervention chirurgicale.

De même, dans les sports de haut niveau, l’hypnose occupe une place de choix dans la préparation mentale de l’athlète. Selon les experts, tout ce qui peut contribuer à l’amélioration de la performance d’un athlète de haut niveau est renforcé. C’est la base des méthodes de communication préconisées par Milton Erickson (1901-1980), à l’origine de certaines méthodes de coaching.

Hypnose et apprentissage

Dans le domaine de l’apprentissage scolaire, l’hypnose rencontre aussi un certain succès. En effet, l’hypnose et surtout l’autohypnose se focalisent sur le fait d’apprendre à apprendre. C’est ce que l’hypnologue, Kevin Finel, co-fondateur de l’A.R.C.H.E., Académie de Recherche et de Connaissance en Hypnose Ericksonienne, installée à Paris et à Nice, propose dans son centre de formation.

Kevin Finel casse ainsi les fondamentaux de l’apprentissage en se fondant sur les mécanismes du cerveau et de la pensée, pour ainsi améliorer la capacité de concentration, les aptitudes de créativité, la gestion du stress, la construction d’un état de confiance en soi ou la transformation d’une difficulté en un défi plaisant.

Kevin Finel nous apprend qu’avec l’encadrement mental, chacun peut rapidement améliorer sa capacité d’apprentissage. Il avance que tout le monde est, par exemple, en mesure d’avoir une bonne mémoire. «Apprendre» s’apprend et se développe, il nous manque juste le «mode d’emploi» de notre cerveau.

Dans cette approche, l’hypnose peut être perçue comme une manière d’explorer nos mécanismes et de connaître nos fonctionnements pour mieux les utiliser.

Écrit par Edwige Ansah, Epoch Times